Juin 2017 | Vol. 8 | N°1

Promouvoir la formation professionnelle autrement

par

« Dans un contexte où nul ne peut prédire de quelles compétences les citoyens auront besoin d’ici les 20 prochaines années, préserver et renforcer la richesse du parcours scolaire de nos jeunes constitue l’un des meilleurs gages de leur réussite dans l’avenir. » 1) Nul doute que cela  passe aussi par la formation professionnelle. Pourtant, le document Pour une politique de la réussite éducative constate : « […], la formation professionnelle est, encore aujourd’hui, davantage fréquentée par des adultes que par des jeunes, même si, depuis des décennies, de nombreuses actions ont été menées pour y augmenter le nombre de jeunes de moins de 20 ans. » 2)

Faut-il comprendre que la formation professionnelle est un parcours marginal parce que depuis des décennies elle attire peu de jeunes ? Marginal pour les jeunes, oui, tels qu’en témoignent ces chiffres.

 

Jeunes en continuité

Adultes

Formation professionnelle

5 187

112 854

DEC technique

83 744

3 337

AEC

 

23 224

     

Source : Statistique de l’éducation, édition 2012. Effectif scolaire à temps plein et à temps partiel, selon la catégorie d’organisme, l’ordre d’enseignement et le type de formation, en 2010-2011 (tableau 2.1.3). MELS, 2014.

Il faut l’admettre, il y eu plusieurs tentatives infructueuses depuis les 5 volets du Rapport Pagé de 1995 jusqu’à la mise en place des passerelles DEP-DEC ces dernières années pour  rendre ce parcours plus attrayant pour eux. Mais cela ne fonctionne toujours pas.

D’ailleurs, concernant ces passerelles, dans son rapport d’étape du chantier sur l’offre de formation collégiale, Guy Demers souligne que les détenteurs du DEP sont très peu nombreux à poursuivre des études collégiales dans un programme de DEC. « En effet, le nombre d’étudiants admis par les collèges dans un parcours en  continuité de formation et déclarés comme tels n’a jamais dépassé 30 par automne, et ce, sur une période d’observation s’étendant de 2004 à 2012.  » 3)

Pourquoi ces échecs répétés ? Est-il possible qu’on ne vise pas la bonne cible ? La réalité le démontre, la moyenne d’âge actuellement au DEP est de 27 ans. Pour la plupart, il s’agit d’adultes qui reviennent aux études. Certains ont déjà un diplôme (DES, DEC, voire même BAC), d’autres pas. Certains ont une expérience professionnelle, d’autres pas. Certains sont encore en emploi, d’autres pas. La formation professionnelle des adultes est l’ANTRE des trajectoires atypiques, tout comme les AEC collégiaux.

Elle agit comme un filet de sécurité pour les adultes qui reviennent aux études, pour acquérir une première – ou une nouvelle – qualification professionnelle. C’est la réalité malgré toutes les belles tentatives pour la promouvoir auprès des jeunes en continuité de formation. Ce que nous proposons, c’est d’accepter cette évidence et de la promouvoir pour ce qu’elle est. Voici cinq stratégies à cet effet.

 

Stratégie 1 – Soutenir la poursuite d’études collégiales et universitaires

Il faut en convenir, la trajectoire scolaire la plus valorisée et poursuivie est la suivante:

  • obtenir un DES,
  • poursuivre des études dans le réseau collégial afin d’obtenir un DEC préuniversitaire ou un DEC technique,
  • compléter par la suite des études universitaires.

Pour les parents, c’est la trajectoire royaleSur ce, il y a une double évidence, une majorité de jeunes rêvent de vivre leur vie de collégiens, et en même temps, une majorité de québécois pense que notre société serait grandement avantagée si tous les citoyens poursuivaient des études collégiales et universitaires. Cela semble inscrit dans l’imaginaire québécois. Il s’avère donc plus efficace de continuer à soutenir les québécois dans cette trajectoire. D’ailleurs, c’est une responsabilité déjà bien assumée par les intervenants en ISEP dans les commissions scolaires.

Stratégie 2 – Faire connaître que tous ne vont pas y parvenir

Nous avons aussi une autre responsabilité. Il faut rappeler que cette trajectoire n’est pas sans embûches et que plusieurs ne vont pas la poursuivre.

  • Les statistiques démontrent en effet que les étudiants qui s’inscrivent dans un cégep ont 2 chances sur 3 de ne pas terminer leur formation dans les délais prévus; soit 2 ans au DEC préuniversitaire et 3 ans au DEC technique.
  • Et s’ils poursuivent leur formation durant deux années supplémentaires, soit durant 4 ans au DEC préuniversitaire ou 5 ans au DEC technique, ils ont 4 chances sur 10 de ne pas accéder à un diplôme.4)

Plusieurs bonnes raisons peuvent expliquer ces statistiques. D’entrée de jeu, pour certains étudiants, c’est une trajectoire inévitable à cause des pressions sociales ou familiales. Il faut tenter sa chance au cégep. De plus, il faut aussi savoir qu’en 2014, environ 45% des étudiants de 15 à 24 ans occupaient un emploi. Un étudiant sur deux inscrit au cégep travaille et cette statistique est en augmentation constante. Certains manquent de temps et d’énergie pour concilier travail-études. D’autres veulent du temps pour voyager. Cela a pour conséquence que plusieurs étudiants demandent une prolongation de leur parcours. Malgré cela, 40 étudiants sur 100 n’obtiennent pas leur DEC après 4 ou 5 ans d’études.

Stratégie 3 – Faire valoir que rien n’est perdu; au contraire

En réalité, la situation est loin d’être tragique pour ces 40 étudiants. En effet, ils pourront revenir aux études et s’inscrire au DEP dans un centre de formation professionnelle. Et c’est très prometteur, car au moins 34 d’entre eux obtiendront leur diplôme; le taux de réussite étant de 86%.

Peu importe leur cheminement, les élèves doivent savoir que les enseignants de la formation professionnelle les attendent pour leur offrir une formation reconnue qui prendra en compte leur réalité de jeunes adultes-étudiants-travailleurs.

Stratégie 4 – Car la formation professionnelle est un parcours scolaire sur mesure

Ce n’est pas très connu mais depuis quelques années, les intervenants de la formation professionnelle ont développé un parcours de formation initiale sur mesure pour répondre efficacement aux besoins des adultes qui s’inscrivent au DEP. Les intervenants de la formation professionnelle ont pris conscience que ce ne sont pas les étudiants-adultes qui doivent s’ajuster à l’organisation des centres de formation, mais les centres de formation qui doivent s’ajuster à la réalité des étudiants-adultes. Les nouveaux modes d’organisation de la formation dans les centres de formation professionnelle sont sans contredit une grande  valeur ajoutée de cette formation. Il faut donc faire la promotion systématique de ces nouveaux modes d’organisation de la formation.

Stratégie 5 – Apporter des témoignages

Pour supporter cette stratégie, il serait intéressant de mener une recherche auprès des étudiants qui ont plus de 20 ans inscrits au DEP afin de mieux comprendre le déroulement de leur trajectoire scolaire en 2017. Qui sont-ils vraiment? Travaillent-ils? Si oui, pourquoi? Ont-ils fait le choix du DEP par défaut? Pourquoi ce choix par défaut? Comment ont-ils vécu la décision de faire ce choix par défaut? La trajectoire suivie durant leur DEP a-t-elle comporté certaines surprises inattendues? Quel est leur niveau de satisfaction par rapport à la formation reçue? Quel message aimeraient-ils livrer à des jeunes qui terminent leur secondaire et qui doivent faire des choix. D’ailleurs, une partie des réponses à ces questions sont disponibles dans une enquête sur les conditions de vie des étudiantes et étudiants de la formation professionnelle au secondaire, du collégial et de l’université menée par le MÉES durant l’année scolaire 2012-2013.5)

Bref, pour bien positionner la formation professionnelle auprès des jeunes qui terminent leur secondaire, une des stratégies les plus efficaces serait certainement de leur transmettre des témoignages sur la trajectoire scolaire et professionnelle vécue par des étudiants ayant fréquentés leur école secondaire et qui ont déjà été inscrits au DEP.

Pour éviter toute méprise sur notre propos

Les stratégies que nous proposons n’excluent pas que nous poursuivions les efforts pour attirer les jeunes en formation professionnelle. Aussi faut-il, entre autres, continuer à utiliser différentes stratégies de promotion comme Chapeau les filles ou d’exploration comme Élève d’un jour afin de promouvoir l’accès au DEP auprès des élèves qui terminent leur secondaire III ou IV ainsi que de promouvoir la concomitance auprès des élèves de secondaire III ou IV qui peut les mener à une double diplomation DES-DEP. On pourrait même créer un nouveau modèle de double diplomation inscrit dans un parcours enrichi de formation professionnelle renouvelée pour des élèves douées et talentueux. Bref, il ne faut rien changer aux stratégies actuelles, il faut juste en utiliser 5 autres de plus, si ce n’est pas déjà fait. Toutefois, il faut convenir que c’est un important virage pour les intervenants en ISEP parce que c’est une nouvelle façon de travailler. Donc, il faut agir avec souplesse. Actuellement, les intervenants (gestionnaires et professionnels) de la formation professionnelle semblent les mieux outillés pour provoquer ce virage en ISEP. La balle est dans leur camp.

on.

Notes

  1. Emploi-Québec – Capitale-Nationale, Consultation régionales sur le développement de la main-d’œuvre et l’emploi, 2016, page 6.
  2. Pour une politique de la réussite éducative, 2016, page 8.
  3. Demers Guy, Rapport d’étape du chantier sur l’offre de formation collégiale, 2014, page 20
  4. La Presse, 24 janvier 2017
  5. MESRS, Enquête sur les conditions de vie des étudiantes et étudiants de la formation professionnelle au secondaire, du collégiale et de l’université en 2013

Extrait

La formation professionnelle du secondaire agit comme un filet de sécurité pour les adultes qui reviennent aux études. C’est la réalité malgré toutes les belles tentatives pour la promouvoir auprès des jeunes en continuité de formation. Robert Goyer propose d’accepter cette évidence et de la promouvoir pour ce qu’elle est. Voici cinq stratégies à cet effet.

L’Observatoire compétences-emplois (OCE) est un centre de recherche et de transfert de connaissances sur le développement et la reconnaissance des compétences de la main-d’oeuvre basée à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). L’OCE regroupe des chercheurs et des professionnels de différentes disciplines qui ont une expertise fine du domaine.

Sa mission est d’alimenter la réflexion, la prise de décision et l’action des acteurs du marché du travail et ainsi de contribuer au développement des compétences de la main-d’oeuvre au Québec.

Observatoire compétences-emplois (OCE)
1205, rue Saint-Denis
Pavillon Paul Gérin-Lajoie, local N-5920
Montréal (Québec), Canada
H2X 3R9
Voir sur la carte

Téléphone : 514 987-3000 poste 1085
Courriel : oce@uqam.ca