Août 2019 | Vol. 9 | N°3

Que sont les cadres de qualification ?

par

Les cadres de qualifications (CQ) sont des instruments de classification des diplômes, certificats ou attestations. Ils proposent un langage commun et des références communes pour organiser et décrire les qualifications sur un même support, numérique ou papier. La plupart des CQ sont présentés sur un site internet.

Origine

Les cadres de qualifications (CQ) sont nés dans les années 90 dans les pays anglo-saxons (Nouvelle-Zélande, Australie, Royaume-Uni) pour accompagner leur réforme de la formation professionnelle. Ils ont toutefois pris leur essor à partir de 2005, passant de 15 pays cette année-là, à plus de 150 pays aujourd’hui (CEDEFOP : 2017). Les organisations internationales, notamment l’OCDE, incitent les pays, à développer de tels cadres pour une plus grande compréhension des qualifications et une « mise en ordre » de celles-ci.

Types

Les CQ ont des périmètres variables. Ils peuvent être nationaux ou sectoriels ; les nationaux sont plus nombreux. Ils peuvent s’appliquer à toutes les qualifications d’un système éducatif ou se limiter à la formation professionnelle et technique ou, encore, universitaire. Il existe aussi un CQ international, un méta cadre, soit le Cadre européen des certifications (CEC), sur lequel sont arrimés les cadres nationaux des pays de l’Union européenne (UE). Sa principale vocation (pas la seule, cependant) : faciliter la mobilité de la main-d’œuvre sur le territoire de l’UE.

Structure

Les CQ ont une même structure, celle d’une grille où les qualifications (diplômes, certificats, attestations, etc.) sont organisées et décrites :

  • par « résultats d’apprentissage », étant entendu par ce terme, des savoirs, aptitudes et/ou compétences qu’un individu a acquis et/ou est en mesure de démontrer à l’issue d’un processus d’apprentissage formel, non formel ou informel;
  • par niveaux de complexité (le nombre varie selon les pays).

Cette structure permet :

  • de situer les diplômes, certificats ou attestations du système éducatif les uns par rapport aux autres en fonction de critères universels, entre autres, de connaissances et de compétences;
  • d’identifier les relations entre les qualifications et la manière dont elles peuvent être agencées pour faciliter la progression et la mobilité professionnelle;
  • de favoriser la compréhension, la compatibilité et la comparabilité des diplômes, certificats et attestations du système éducatif;
  • de servir de guide aux acteurs pour la création de nouveaux programmes ou pour s’assurer que ceux qui sont en place respectent les exigences du niveau de qualification où ils sont positionnés.

Usage

Les CQ sont des instruments de réforme. Ils sont utilisés par les acteurs de l’Éducation et de l’Emploi pour actualiser les systèmes d’éducation et de formation qui connaissent dans tous les pays des problèmes semblables : complexité des certifications, rigidité des parcours de formation et difficile adéquation entre la formation et l’emploi.

Intérêt d’un CNQ pour le Québec

Un cadre national de qualification (CNQ) permettrait de travailler sur des enjeux connus pour lesquels nous avons du mal à trouver des solutions « consensuelles ».

Le premier de ces enjeux, c’est la complexité des qualifications due à l’explosion des formations de courte durée depuis les années 90. Aujourd’hui, bon nombre de formations conduisent à des qualifications de différents niveaux que l’on identifie toutefois sous une même appellation, soit les attestations d’études professionnelles (AEP) et les attestations d’études collégiales (AEC). Or, il y a des AEP qui mènent à des métiers semi-spécialisés, d’autres à des spécialités de DEP et d’autres encore, sont de même niveau qu’un DEP. Le phénomène est semblable pour les AEC. Cette indifférenciation rend difficile l’établissement de parcours de formation et ne leur donne pas de visibilité.

Le second enjeu est complémentaire au précédent. Les passerelles entre les certifications existent, mais elles sont peu connues et peu promues. Or, dans le monde dans lequel nous entrons, nous avons besoin de systèmes d’éducation et de formation qui favorisent les parcours de formation et de carrière, en d’autres termes, qui donnent des possibilités de progression et de mobilité au sein d’une famille de professions et de métiers ou entre familles de professions et de métiers.

Le paradoxe, c’est que nous avons une excellente base pour concevoir un CNQ : une même approche par compétences qui régule la conception des programmes de formation professionnelle, technique et même, les certifications de qualification professionnelle (CQP) de l’Emploi.

Références

CEDEFOP (2017). Global inventory of national and regional qualifications frameworks. Luxembourg : Publications Office of the European Union.

Hart, S-A.  (2014). Les cadres nationaux de qualifications pour une réforme contemporaine des systèmes d’éducation et de formation. Bulletin de l’Observatoire compétences-emplois, 5(3).

Hart, S-A. (2014). Un cadre national de qualifications au Québec pour une meilleure adéquation formation-emploi. Bulletin de l’Observatoire compétences-emplois, 5(3).

Hart, S-A. (2014). Le cadre national de qualifications de l’Australie. Bulletin de l’Observatoire compétences-emplois, 5(3).

Hart, S-A. (2014). Le cadre national de qualifications de la France. Bulletin de l’Observatoire compétences-emplois, 5(3).

Solar-Pelletier, L. (2015). Un cadre de certifications pour clarifier la formation postsecondaire en Ontario. Bulletin de l’Observatoire compétences-emplois, 6(1).

Solar-Pelletier, L. (2014). Le cadre national de qualifications de l’Écosse. Bulletin de l’Observatoire compétences-emplois, 5(3).

Extrait

Les cadres de qualifications (CQ) sont des instruments de classification des diplômes, certificats ou attestations. Ils proposent un langage commun et des références communes pour organiser et décrire les qualifications sur un même support, numérique ou papier. Dans cet article, nous expliquons l’origine, les types et les usages des cades de qualifications et l’intérêt de ces cadres pour le Québec.

L’Observatoire compétences-emplois (OCE) est un centre de recherche et de transfert de connaissances sur le développement et la reconnaissance des compétences de la main-d’oeuvre basée à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). L’OCE regroupe des chercheurs et des professionnels de différentes disciplines qui ont une expertise fine du domaine.

Sa mission est d’alimenter la réflexion, la prise de décision et l’action des acteurs du marché du travail et ainsi de contribuer au développement des compétences de la main-d’oeuvre au Québec.

Observatoire compétences-emplois (OCE)
1205, rue Saint-Denis
Pavillon Paul Gérin-Lajoie, local N-5920
Montréal (Québec), Canada
H2X 3R9
Voir sur la carte

Téléphone : 514 987-3000 poste 1085
Courriel : oce@uqam.ca