Février 2015 | Vol. 5 | N°4

Mot de la redaction

L’écart entre l’école et l’industrie manufacturière se creuse dû à l’évolution technologique et la mondialisation des marchés. Rigide et coûteux, le « tout à l’école » du siècle dernier est devenu difficile à maintenir. Face à cette situation, nombreux sont celles et ceux qui estiment que l’on doit aller vers la formation alternée, voire duale. Mais qu’est-ce que la formation duale ? Est-ce que nous avons au Québec des expérimentations qui s’y apparentent déjà ? Notamment, du côté de l’alternance travail études ? Et puis, sommes-nous prêts à considérer l’entreprise comme un partenaire éducatif à part entière ? Voilà des questions qui balisent ledossier de ce numéro consacré à la formation duale et alternée. Nos événements du printemps 2015 portent aussi sur ce thème. Vous recevrez le programme très bientôt, mais vous pouvez déjà le consulter sur notre site internet à la rubrique « agenda » et vous inscrire dès maintenant.

La Loi sur les compétences a fait l’objet de remises en question ces derniers temps. Cette loi comportent aussi des avantages qui font moins les manchettes. Nous avons sondé la littérature internationale, pour équilibrer le débat. Dans ce numéro, il est aussi question de l’agrément des formateurs de la CPMT et d’Emploi-Québec, un dispositif dont on peut dire qu’il est victime de son succès. Là aussi nous avons sondé la littérature internationale sur des dispositifs comparables pour constater que le nôtre mériterait d’être resserrer quelque peu tout en évitant, bien sûr, de trop l’alourdir et ça, c’est tout un défi.

Le président du Conseil international de l’éducation des adultes était de passage au Québec l’automne dernier. Grande pointure de l’éducation des adultes, Alan Tuckett a joué un rôle central pour l’avancement de l’éducation et de la formation des adultes dans le monde. Il est venu rappeler l’importance de la formation tout au long de la vie, en déplorant que son financement soit encore trop marginal. Faute d’avoir filmé la conférence, nous consacrons un article à ses propos.

Enfin, il y a du nouveau à l’Observatoire. Désormais, le bulletin paraîtra mi-mai, début septembre, mi-novembre et mi-février. Les numéros de décembre et de juin, qui tombaient juste avant les vacances, étaient moins lus que les autres. D’où ce changement.

Facebook
Google+
https://oce.uqam.ca/publication/fevrier-2015-vol-5-n4">
LinkedIn