Décembre 2017| Vol. 8 | N°2

Les “Multiple Pathways”, une nouvelle façon d’organiser l’école secondaire : une proposition américaine

par et

Au Québec, les études secondaires sont organisées en trois secteurs : la formation générale des jeunes (FGJ), la formation générale des adultes (FGA) et la formation professionnelle (FP). La FGJ offrent deux voies de formation académique, la formation générale et la formation générale appliquée auxquelles se sont ajoutées, en 2005, la formation menant à l’exercice d’un métier semi-spécialisé et la formation préparatoire au travail dont le caractère qualifiant est contesté depuis. La FGA, offre de la formation modulaire pour les adultes qui retournent sur les bancs d’école alors que la FP offre de la formation pour préparer les jeunes à l’exercice des métiers 1).

Malgré ces parcours, près de 27% des sortants du système scolaire ne sont ni préparés à la poursuite d’études, ni préparés au marché du travail 2). Parmi ces sortants certains vont revenir aux études quelques années plus tard. Mais d’autres non, avec comme résultat une proportion de 23% de la population active du groupe d’âge 25 – 44 ans faiblement scolarisée 3), soit des personnes qui seront en activité au cours des vingt prochaines années, sur un marché de l’emploi dont les exigences ne cesseront d’augmenter.

Une étude québécoise montre que ces jeunes qui quittent le secondaire sans diplôme ou qui complètent un DES comme unique diplôme ou qui entreprennent des études collégiales sans les terminer ont envisagé le marché du travail comme une porte de sortie d’un système scolaire dans lequel ils n’étaient pas heureux. Même s’ils parviennent à trouver un emploi assez rapidement, ils le jugent insatisfaisant et aspirent à en trouver un plus intéressant 4)Ils ne sont donc pas plus heureux sur le marché du travail. Certains retourneront aux études. C’est d’ailleurs cette clientèle qui forme la plus grande proportion de diplômés de la formation professionnelle 5). Les autres, vont combler des emplois faiblement qualifiés toute leur vie et, de ce fait, ils auront moins accès à la formation en entreprise ou encore, ils auront accès à de la formation en période de chômage avec tout ce que cela signifie de choix limitatifs.

Cette situation a également été documentée aux États-Unis. Pour les chercheures Regina Deil-Amen et Stefanie DeLuca, l’architecture de l’enseignement secondaire produit trois catégories de personnes. Les premières empruntent la filière de l’enseignement général et sont  bien préparées à la poursuite d’études supérieures (college ready). Les deuxièmes empruntent la filière professionnelle et technique et sont bien préparées à l’entrée sur le marché du travail (career ready). Les troisièmes – the underserved third – sont mal préparées à l’une et l’autre de ces possibilités. Les chercheures estiment à 40% le pourcentage d’américains qui appartient à cette catégorie.

Pour répondre à cet enjeu, les auteurs proposent la disparition de la hiérarchie des voies de formation du secondaire. Le système hiérarchique des voies est remplacé par l’approche dite des « Multiple Pathways » (parcours multiples) dont aucun n’est terminal. Ils ouvrent tous sur des études supérieures et sur le marché du travail, sans passerelles ni prérequis. C’est un changement de paradigme profond qui vient de la Californie et repris par plusieurs États américains. Cela  implique la fusion de la formation académique et professionnelle et la mise à égalité des capacités mentales et manuelles. Plus concrètement, ce rapprochement s’appuie sur trois  grands objectifs issus de la recherche en éducation 6) :

  1. Préparer un plus grand nombre d’étudiants pour les études postsecondaires.
  2. Enseigner les soft skills nécessaires pour le marché du travail au 21e siècle (résolution de problèmes, capacité de travailler en équipe, communiquer, etc.).
  3. Outiller les jeunes dès le secondaire à naviguer entre le travail, la formation en emploi et les études de manière à faciliter les transitions auxquels ils vont être confrontés tout au long de leur vie active.

Les “Multiple Pathways” apparaissent ainsi comme une nouvelle façon de penser l’organisation scolaire au secondaire selon le concept d’éducation et de formation tout au long de la vie. Ce modèle invite les acteurs du milieu de l’éducation et de l’emploi d’ici à réfléchir autrement au problème des jeunes laissés pour compte dans le système actuel.

Notes

  1. Paradoxalement, la FGA est fréquentée par une majorité d’étudiants jeunes qui ont du mal à terminer leurs études secondaires dans les temps alors que la FP est fréquentée par une majorité d’adultes qui retournent à l’école pour chercher une première qualification ou se réorienter.
  2. Le ministère de l’Éducation précise : « Un peu moins de trois personnes sur dix quittent le système scolaire québécois chaque année sans avoir de préparation professionnelle ou technique spécifique pour leur intégration au marché du travail, 12% n’ayant obtenu aucun diplôme et 15% un diplôme de la formation générale au secondaire ou au collégial » (MELS, 2010 : 12).
  3. Ces données proviennent de l’Enquête nationale de Statistique Canada auprès des ménages l’ENM 2011.
  4. Romaine Malenfant et al., La dynamique de la création et de la consolidation d’un lien d’emploi chez les jeunes non-diplômés. Novembre 2006, Recherche sur les impacts psychologiques, organisationnels et sociaux du travail (RIPOST), Université du Québec en Outaouais, cité dans MELS (2007), p. 36.
  5. Pour être plus précis, 61,1% des diplômés de la formation professionnelle ont interrompu leurs études au secondaire. MELS (2007).
  6. Pastor, M. (2008). “United or Divided: Can Multiple Pathways Bring Together Multiple Communities?” in Oakes, J., and Saunders, M. (Eds.), Beyond Tracking: Multiple Pathways to College, Career, and Civic Participation. Cambridge, MA: Harvard Education Press.

Références

Deil-Amen R. et DeLuca S. (2010). The Underserved Third: How Our Educational Structures Populate an Educational Underclass. Journal of Education for Students Placed at Risk, 15: 27–50.

Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (2010). La formation professionnelle et technique au Québec, un aperçu. Québec, Gouvernement du Québec.

Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (2007). Analyse des trajectoires des élèves selon leur cheminement scolaire et leur insertion sur le marché du travail. Québec, Gouvernement du Québec.

Malenfant, R. et al. (2006). La dynamique de la création et de la consolidation d’un lien d’emploi chez les jeunes non-diplômés. Novembre 2006, Recherche sur les impacts psychologiques, organisationnels et sociaux du travail (RIPOST), Université du Québec en Outaouais, cité dans MELS (2007), p. 36.

Pastor, M. (2008). “United or Divided: Can Multiple Pathways Bring Together Multiple Communities?” in Oakes, J., and Saunders, M. (Eds.), Beyond Tracking: Multiple Pathways to College, Career, and Civic Participation. Cambridge, MA: Harvard Education Press.

En savoir plus

Sur la problématique des étudiants laissés pour compte dans le système américain parce qu’elle s’apparente à la réalité québécoise, consultez cette étude :

Deil-Amen R. et DeLuca S. (2010). The Underserved Third: How Our Educational Structures Populate an Educational Underclass. Journal of Education for Students Placed at Risk, 15: 27–50.

Sur les Multiple Pathways et les stratégies pour les implanter, consultez cette étude :

Pastor, M. (2008). “United or Divided: Can Multiple Pathways Bring Together Multiple Communities?” in Oakes, J., and Saunders, M. (Eds.), Beyond Tracking: Multiple Pathways to College, Career, and Civic Participation. Cambridge, MA: Harvard Education Press.

Extrait

Les “Multiple Pathways” ? Un nouveau modèle pour penser l’organisation scolaire au secondaire selon le concept d’éducation et de formation tout au long de la vie. Ce modèle invite les acteurs du milieu de l’éducation et de l’emploi d’ici à réfléchir autrement au problème des jeunes laissés pour compte dans le système actuel.

L’Observatoire compétences-emplois (OCE) est un centre de recherche et de transfert de connaissances sur le développement et la reconnaissance des compétences de la main-d’oeuvre basée à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). L’OCE regroupe des chercheurs et des professionnels de différentes disciplines qui ont une expertise fine du domaine.

Sa mission est d’alimenter la réflexion, la prise de décision et l’action des acteurs du marché du travail et ainsi de contribuer au développement des compétences de la main-d’oeuvre au Québec.

Observatoire compétences-emplois (OCE)
1205, rue Saint-Denis
Pavillon Paul Gérin-Lajoie, local N-5920
Montréal (Québec), Canada
H2X 3R9
Voir sur la carte

Téléphone : 514 987-3000 poste 1085
Courriel : oce@uqam.ca