Juin 2014 | Vol. 5 | N°2

Curriculum collaboratif pour contrer le déclin manufacturier aux États-Unis

par

Malgré la décroissance de l’industrie manufacturière aux États-Unis, plus de 10 millions de travailleur s’affairent chaque jour dans les usines. Actuellement, près d’un tiers des entreprises sont aux prises avec un besoin pressant de main d’œuvre, une situation qu’elles n’entrevoient pas voir se résorber dans les années à venir. Pour demeurer concurrentielles, elles ont besoin de travailleurs mieux formés, plus créatifs et plus compétents qu’auparavant. C’est le défi que souhaite relever l’AMTEC, une initiative de collaboration entre l’État, des collèges techniques et l’industrie de la fabrication automobile pour la formation de techniciens généralistes pour le diagnostic, la réparation et la maintenance préventive.


Tout a commencé en 2004, à Washington D.C. durant une conférence rassemblant les dirigeants des collèges techniques du Michigan, de l’Ohio, du Tennessee et du Kentucky sur la question de la formation pour le secteur manufacturier automobile. Germe alors l’idée d’arrimer les efforts de chacun, en délaissant les frontières géographiques pour le bénéfice d’une réelle coopération. En 2005, le Kentucky Community and Technical College System fût l’hôte d’une rencontre entre 27 collèges techniques de 4 États, 28 représentants manufacturiers et fournisseurs. Pour concrétiser l’initiative, l’Automotive Manufacturing Technical Education Collaborative (AMTEC) fût créée. Au fil des mois, ce programme de partenariat s’est entendu le long des Interstates 65 et 75 et compte aujourd’hui 30 collèges techniques et 34 usines de l’automobile de 12 États. Le programme de formation fût testé pour la première fois en 2010 suite à des besoins exprimés par Toyota. C’est le Bluegrass Community and Technical College du Kentucky qui a mené l’expérience avec un groupe de 24 étudiants. Pour l’essentiel, il s’agissait d’une formule en alternance : 3 jours par semaine en entreprise et 2 jours en classe. AMTEC et ses partenaires ont depuis stabilisé le programme comprenant 12 cours et 57 modules fragmentés en plus de 170 tâches spécifiques. Le développement de ce curriculum s’est fait conjointement entre les représentants des collèges, de l’industrie et de l’association des travailleurs automobiles (United Auto Workers).

La caractéristique la plus importante du programme est la flexibilité des clientèles et des modalités. Si plusieurs apprenants sont déjà des travailleurs en emploi dans l’industrie, d’autres sont des novices. Le programme permet à chacun de compléter le curriculum au rythme qui lui convient. Les collèges offrent les modules en classe sur plusieurs plages horaires. De plus, dans plusieurs cas les étudiants peuvent apprendre via une plate-forme e-learning et prévoir des temps de de pratique en laboratoire. Les modules en ligne sont continuellement mis à jour. Autre point fort, les étudiants ne sont pas dans l’obligation de suivre tous les modules s’ils démontrent, via un processus de reconnaissance des compétences prévu à cet effet, qu’ils possèdent déjà les compétences.

En somme, les avantages de la formule développée par AMTEC se résument ainsi :

  • Le programme offre la possibilité de faire des apprentissages en ligne, complémentés par des laboratoires de pratique et des exercices de résolution de problème.
  • Il est possible pour l’étudiant d’adapter la séquence de son cheminement scolaire à ses besoins, un module à la fois avec l’option de e-learning.
  • La reconnaissance des acquis permet à l’étudiant expérimenté de se voir créditer une partie de ses cours et ainsi se concentrer sur les compétences manquantes à acquérir.
  • AMTEC met l’accent sur les compétences nécessaires pour s’intégrer comme technicien de maintenance au sein de l’industrie et non dans une usine en particulier afin de ne pas rendre un travailleur d’un seul employeur.
  • La certification augmente le placement en emploi et la mobilité géographique des futurs techniciens sans égard à l’endroit ou au moment de son obtention.

L’intérêt pour ce type de programme collaboratif réside dans le fait qu’il permet de faire converger les besoins des entreprises et ceux des étudiants. En encourageant ce genre de partenariat, avec le soutien des instances gouvernementales,  il est possible de contrer les effets du déclin manufacturier en formant des techniciens polyvalents de haut niveau, une ressource indispensable pour s’assurer une place dans la compétition mondiale. Bien entendu, AMTEC se concentre sur l’industrie automobile, mais il y a fort à parier que d’autres secteurs en ralentissement bénéficieraient de cette approche novatrice pour une relance économique.

En savoir plus

Extrait

L’AMTEC est une initiative de collaboration entre l’État, des collèges techniques et l’industrie de la fabrication automobile pour la formation de techniciens généralistes pour le diagnostic, la réparation et la maintenance préventive. Une innovation d’envergure à l’américaine.

L’Observatoire compétences-emplois (OCE) est un centre de recherche et de transfert de connaissances sur le développement et la reconnaissance des compétences de la main-d’oeuvre basée à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). L’OCE regroupe des chercheurs et des professionnels de différentes disciplines qui ont une expertise fine du domaine.

Sa mission est d’alimenter la réflexion, la prise de décision et l’action des acteurs du marché du travail et ainsi de contribuer au développement des compétences de la main-d’oeuvre au Québec.

Observatoire compétences-emplois (OCE)
1205, rue Saint-Denis
Pavillon Paul Gérin-Lajoie, local N-5920
Montréal (Québec), Canada
H2X 3R9
Voir sur la carte

Téléphone : 514 987-3000 poste 1085
Courriel : oce@uqam.ca