Octobre 2010 | Vol. 1 | N°2

La formation continue en entreprise en Allemagne, quelques repères

Par

L’Allemagne est un pays actif en formation continue reliée au travail. Toutefois, ils ont un système complexe dû à la longue histoire de la formation duale, à la décentralisation des politiques et aux formes variées de développement continu des compétences.

Dans cet article, nous présentons les principaux termes utilisés dans ce pays pour désigner la formation en entreprise, les différentes formes qu’elle emprunte et les principaux acteurs. En conclusion, nous exposons les mesures prises par l’État allemand en réponse à la crise économique actuelle.

Petit lexique des termes utilisés en Allemagne pour désigner la formation en entreprise

Éducation des adultes (Erwachsenenbildung). En éducation générale (non reliée au travail) des adultes, on dénombre plus de 10 millions de participants par année, principalement dans les Hautes écoles populaires (FHS).

Formation continue (Weiterbildung). Ce terme recouvre aussi bien l’éducation des adultes que la reconversion, le perfectionnement et la formation professionnelle à l’âge adulte, formation post-initiale (après une période d’exercice d’une activité rémunérée). Selon une étude de 2006-2007, plus de deux adultes sur cinq (43%) y participent.

Formation continue en entreprise (Betriebliche Weiterbildung). Ce terme réfère aux mesures ou activités de formation entièrement ou partiellement financées ou supportées par les entreprises pour le personnel qu’elles emploient sur la base d’un contrat de travail. Cette formation peut avoir lieu ou non dans l’entreprise. Elle est orientée vers la pratique et vise la qualification des individus en rapport aux exigences de l’entreprise. Le terme de « formation continue en entreprise » recoupe pratiquement celui de « formation  continue professionnelle ». Près d’un travailleur sur trois (29%) y participent (étude IAB, 2007). Cette définition est identique à celle utilisée dans les enquête européennes Continuing Vocational Training Survey (CVTS).

Formation individuelle reliée au travail (Individuell-berufsbezogene Weiterbildung). Ce terme désigne la formation reliée au travail, mais prise à l’initiative de l’individu. Un travailleur sur huit (13%) y participe (étude IAB, 2007).

Système dual de formation (« Dual Bildung »). Système historique allemand (loi de 1969 renouvelé en 2005). La formation duale repose sur l’alternance entre la formation formelle en institution pour l’acquisition des compétences théoriques et l’apprentissage pratique en entreprise pour la mobilisation des compétences dans l’action et l’acquisition des aptitudes et attitudes propres au métier. Depuis deux décennies, on distingue la formation duale initiale (« initial dual Bildung ») pour les jeunes qui arrivent sur le marché du travail et la formation duale ultérieure (« Weiter dual Bildung ») pour les individus déjà en emploi.

Les modes de formation continue en entreprise

Le développement des compétences dans les entreprises allemandes prend plusieurs formes :

Les formations structurées externes, c’est-à-dire les cours, stages et série de séminaires offerts par des organisations externes aux entreprises.

Les formations structurées internes, c’est à dire les cours de formation conçus et organisés par l’entreprise.

La qualification sur le poste de travail : périodes planifiées d’entraînement et d’instruction par un compagnon, un supérieur ou un collègue, comme lors de la partie pratique de la formation duale initiale.

Les apprentissages informels :

  • les réunions organisées d’information axées sur l’instruction du personnel par apport au travail,
  • l’auto-formation ou l’auto-apprentissage,
  • les cercles de qualité axés sur le perfectionnement,
  • la rotation des postes : détachements, échanges avec d’autres entreprises, rotation planifiée aux fins d’apprentissage.

En ce qui concerne la fréquentation de l’une ou de l’autre forme présentée, selon l’institut allemand IAB1), les formations externes viennent en tête (plus de 75% les mentionnent), suivis par les réunions d’information, la qualification sur le poste de travail et les formations internes (plus de 40% les mentionnent), puis l’auto-formation (une personne sur sept y réfère), alors que les cercles de qualité et la rotation des postes sont moins fréquemment mentionnés, bien qu’il s’agisse de formes importantes de développement des compétences dans les grandes entreprises.

Les acteurs de la formation continue en entreprise en Allemagne

Un ensemble d’acteurs et d’instances participent à la réalisation de la formation continue en entreprise, tant au niveau fédéral que des Länder.

L’État fédéral a établi un cadre législatif et réglementaire pour assurer le fonctionnement, l’harmonisation et le développement des diverses activités de formation continue. Les conditions et principes relatifs à la formation continue sont établis dans les diverses lois sur la formation continue. L’État fédéral et les Länder octroient aussi des appuis financiers importants aux entreprises (voir plus bas section 4).

Le patronat : Les entreprises constituent la principale source de financement de la formation continue en entreprise bien qu’il n’y ait pas d’obligation légale à cet effet. Il existe toutefois des règlements de financement collectif établis sur la base des conventions collectives ou conventions sectorielles qui prévoient que toutes les entreprises (y compris celles qui n’offrent pas de formation) versent une contribution à un fonds commun de formation. Les employeurs doivent toutefois composer avec les Comités d’entreprise à qui la loi constitutionnelle des entreprises confèrent certains droits en matière de formation continue (voir plus bas).

Les syndicats sont appelés à exercer un rôle en formation continue via la négociation de dispositions dans les « conventions de branche » et dans les accords d’entreprises. Ces dispositions portent sur l’identification des besoins en qualification et la participation des Comités d’entreprise à la planification de la formation dans les organisations. L’industrie métallurgique, électrotechnique et chimique a joué, au début des années 2000, un rôle de précurseur en ce domaine.

Le comité d’entreprise ( Betriebsrat ). Ces comités, créés dans chaque entreprise en raison de la Loi sur la Constitution interne de l’entreprise voit actuellement leur rôle s’accroître en formation continue des employés :

  • Initiation et organisation de programmes de formation continue.
  • Gestion prévisionnelle individuelle et collective des compétences.
  • Rôle en matière de qualification : recommandation sur le profil de qualification des salariés, consultation lors de la planification des effectifs ou de mesures de préservation de l’emploi, capacité d’exiger des mesures de formation en raison de l’évolution des tâches et/ou d’exigences de nouvelles compétences.

Les chambres de commerce et de l’industrie (Industrie-und Handelskammer, IHK) représentent les entreprises-membres auprès des instances locales et régionales. En plus de conseiller leurs entreprises membres, les IHK supervisent la formation professionnelle, initiale et ultérieure, ainsi que la certification des formations. Elles accréditent les formateurs, La Fédération des chambres (DIHK) représente les IHK aux instances supérieures.

La Confédération allemande des métiers spécialisés (Zentralverband des Deutschen Handwerks, ZDH) représente quelques 30 corporations de métiers auprès du gouvernement fédéral, de l’Union Européenne (UE) et d’autres organisations internationales. Elle supervise, dans les métiers visés, la formation professionnelle initiale et continue, ainsi que la validation des compétences de la certification.

Les agents prestataires de formation professionnelle continue : les écoles professionnelles, les universités et grandes écoles, les prestataires privés, les fabricants, les fournisseurs, les entreprises-mères, les Chambres de commerce et de l’industrie, les centres de formation syndicale, etc.

L’Institut fédéral de formation professionnelle (Bundesinstitut für Berufsbildung, BIBB)  est un centre mondialement connu de recherche et développement dans le domaine de l’éducation et la formation professionnelle. Pour plus d’information sur cet organisme, suivez ce lien : http://www.bibb.de/en/index.php

L’Institut allemand pour l’éducation des adultes (Deutsches Institut für Erwachsenenbildung, DIE) : centre de recherche et développement sur l’ensemble de la formation continue. http://www.die-bonn.de/default.aspx

Mesures adoptées en réponse à la crise

En réponse à la crise déclenchée en 2008, le gouvernement fédéral a adopté trois séries de mesures visant à aider les travailleurs et les entreprises à continuer leur investissement en formation, en prévision de la relance économique :

  • La prime à la formation vient appuyer financièrement les adultes dans leur projet personnel de formation continue:
  • Le bon de prime octroie une subvention allant jusqu’à 208$ pour une activité de formation, montant couvrant jusqu’à 50% des frais de formation. Pour en bénéficier les candidats doivent passer un entretien avec un conseiller en emploi et avoir un revenu annuel maximum de 24 200$ pour les célibataires et de 48 400$ pour les couples.
  • Le crédit de formation, financent les coûts de formation continue qui vont au-delà du montant du bon de prime.
  • Le soutien à la formation continue en entreprise, administré par l’Agence fédérale pour l’emploi et octroyé aux employeurs, a été élargi en 2009 pour supporter les activités de formation des travailleurs temporaires et pour rejoindre plus d’entreprises acceptant d’investir en formation.
  • L’augmentation du budget alloué à la formation continue en entreprise a été décidée afin d’élargir la couverture des programmes existants de manière à rejoindre l’ensemble des entreprises peu importe la raille et les caractéristiques socio-professionnelles du personnel.

Notons aussi les programmes de l’Union européenne (sur lesquels nous reviendrons dans un Bulletin subséquent) et les programmes et mesures complémentaires des Länder ou provinces.

Notes

  1. Ces statistiques de 2006-2007 proviennent de l’Institut für Arbeitsmarkt- und Berufsforschung (IAB) IAB = Institut für Arbeitsmarkt- und Berufsforschung (Institut allemand de recherche sur le marché du travail et l’emploi)

Extrait

L’Allemagne est un pays actif en formation continue reliée au travail. Toutefois, ils ont un système complexe dû à la longue histoire de la formation duale, à la décentralisation des politiques et aux formes variées de développement continu des compétences. Dans cet article, nous présentons les principaux termes utilisés dans ce pays pour désigner la […]

Observatoire compétences-emplois (OCE)
1205, rue Saint-Denis
Pavillon Paul Gérin-Lajoie, local N-5920
Montréal (Québec), Canada
H2X 3R9
Voir sur la carte

Téléphone : 514 987-3000 poste 1085
Courriel : oce@uqam.ca