Mars 2016 | Vol.6 | N°4

 

Mot de la rédaction

Cette année, l’OCE a consacré deux colloques internationaux sur la formation en alternance. Le premier, au printemps 2015, portait sur les modèles. Le second, organisé en collaboration avec la Commission des partenaires du marché du travail et Manufacturiers exportateurs, portait sur les innovations et bonnes pratiques de partenariats éducatifs entre l’école et l’entreprise.

Le choix de cette thématique n’était pas étranger au projet du gouvernement actuel présenté une première fois dans le Plan économique (mars 2015) et une seconde fois, dans le projet de loi 70 (novembre 2015). Cette volonté politique de rapprocher l’école et l’entreprise s’inscrit dans un grand mouvement international de réforme des systèmes de formation professionnelle et technique. Le problème, c’est l’objectif. Pour que la FPT offre des stages en milieu de travail représentant 50%, voire même plus, de la durée des programmes, il faudrait prévoir des moyens substantiels qui vont au-delà de ceux proposés dans le projet de loi 70. Or, Sam Hamad, alors ministre de l’Emploi, a été très clair lors de son allocution : il n’est pas question de « changer les structures ». Dans ce cas, il est prévisible que les expérimentations que l’on s’apprête à financer ne vont pas donner les résultats escomptés. Et il faudra attendre au moins deux ans pour s’en rendre compte. Pourquoi ne pas renforcer les réalisations québécoises qui expérimentent déjà un partenariat plus soutenu entre l’école et l’entreprise ? Des modèles, nous l’avons vu lors du colloque de novembre, qui proposent des stages ou des apprentissages en entreprise représentant 25% à 45% de la durée des programmes. La sagesse politique serait d’avoir bien documentés ces modèles avant de lancer un objectif supérieur. Une telle opération aurait entre autres permis d’évaluer la faisabilité du projet et d’anticiper les résistances. Voilà condensé, le propos des trois premiers articles.

Le colloque de novembre s’est déroulé sous une forme participative. Au total, deux cents quelques personnes ont échangé sur la formation en alternance et le partenariat école-entreprise. Le quatrième article présente le point de vue des acteurs concernés par le projet du gouvernement. Enfin, un dernier article porte sur l’expérience des pays européens fortement engagés dans la réforme de leur système de formation professionnelle et technique.

Bonne lecture!

Articles

Des innovations québécoises au potentiel prometteur

Des innovations québécoises au potentiel prometteur

Ces dernières années, le Québec a vu naître de belles innovations en matière de formation alternée. Sur les cinq présentées au colloque (nous excluons le programme coopératif de l’École de technologie supérieur puisqu’il s’agit d’un modèle institué), trois ont un...

Consolider le lien formation-emploi : l’expérience européenne

Consolider le lien formation-emploi : l’expérience européenne

Le 2 novembre dernier, le Dr Van Loo présentait, au Colloque sur les innovations et bonnes pratiques de partenariat entre l’école et l’entreprise, les résultats du suivi réalisé par le Centre européen pour le développement de la formation professionnelle (Cedefop) sur...

L’Observatoire compétences-emplois (OCE) est un centre de recherche et de transfert de connaissances sur le développement et la reconnaissance des compétences de la main-d’oeuvre basée à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). L’OCE regroupe des chercheurs et des professionnels de différentes disciplines qui ont une expertise fine du domaine.

Sa mission est d’alimenter la réflexion, la prise de décision et l’action des acteurs du marché du travail et ainsi de contribuer au développement des compétences de la main-d’oeuvre au Québec.

Observatoire compétences-emplois (OCE)
1205, rue Saint-Denis
Pavillon Paul Gérin-Lajoie, local N-5920
Montréal (Québec), Canada
H2X 3R9
Voir sur la carte

Téléphone : 514 987-3000 poste 1085
Courriel : oce@uqam.ca