Colloque international sur l’adéquation formation-emploi | Automne 2015

Formation duale et alternée – Innovations et bonnes pratiques de partenariat entre l’école et l’entreprise au Québec et à l’international

Les 2 et 3 novembre 2015, l’Observatoire compétences-emplois (OCE), en collaboration avec les Manufacturiers et exportateurs du Québec (MEQ) et la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), organisait un colloque international sur l’adéquation formation-emploi. Il portait plus précisément sur un sujet au cœur de la thématique : le partenariat entre l’école et l’entreprise dans le cadre des formations duales et alternées.

La première journée fut consacrée aux expériences internationales de l’Europe, de la Suisse et du Mexique. La seconde journée, aux innovations d’ici. L’évènement a connu un franc succès. Au total, 230 personnes y ont participé. Les ministres et sous-ministres de l’emploi et de l’éducation de l’époque, Sam Hamad, François Blais, Johanne Bourassa, Bernard Matte et Yves Sylvain étaient présents, de même que les  présidents de la CPMT (Florent Francoeur), des MEQ (Éric Tétrault), de la Fédération des Cégeps (Bernard Tremblay) et le vice-président de la Fédération des Commissions scolaires (Richard Flibotte). La variété des participants était appréciable. S’ils provenaient en majorité des établissements d’enseignement, il y avait aussi des représentants des réseaux associatifs de l’éducation, des associations patronales et syndicales, du milieu communautaire et de l’économie sociale, de la CPMT et des ministères, des comités sectoriels et quelques entreprises.

 


Téléchargez le programme complet


Programme et présentations

Les modèles de la formation duale et alternée, synthèse et traits distinctifs, Yves Chochard.

Yves Chochard présente et compare, de manière synthétique, les différentes formes de partenariats dont il est question dans ce colloque sur les innovations et bonnes pratiques de partenariat entre l'école et l'entreprise. Yves Chochard est professeur au département d’éducation et formation spécialisées de la Faculté des sciences de l’éducation à l’Université du Québec à Montréal.

Formation professionnelle et apprentissage en Europe : politiques, actions et résultats, Dr. Jasper van Loo.

Monsieur Van Loo décrit les récents développements en formation professionnelle (VET) dans l'Union européenne. Il passe en revue les principales politiques en place, réfléchit sur les progrès récents et compare les systèmes VET/LLL des différents pays. Une des tendances marquantes est que, pour combattre le chômage des jeunes et  s’attaquer à  la disparité du marché du travail, on assiste à une «renaissance» de l’apprentissage en milieu de travail.  Malgré l’intérêt des pays du  monde entier pour valoriser cette forme d’apprentissage, le transfert du succès des systèmes d'apprentissage aux contextes différents n’est pas aussi facile. Toutefois, la coopération internationale peut être un catalyseur important pour l'adaptation de telles politiques dans les différents contextes nationaux. Jasper Van Loo est expert senior au Centre européen du développement de formation professionnelle (Cedefop). La vidéo en anglais est disponible sur viméo : https://vimeo.com/146125717

Implantation du modèle dual au Mexique : le développement d’un centre de formation professionnelle par Schuler AG à Mexico, Stefan Antel.

La filiale de Schuler au Mexique a créé CEDUAL, un centre de formation professionnelle sur le modèle du système dual allemand. CEDUAL forme des techniciens, non seulement pour Schuler, mais aussi pour d'autres entreprises de fabrication métallique. Il recrute des jeunes de 18 à 23 ans, finissants de lycée ou de l’université en technologie, qui sont ensuite parrainés par différentes entreprises, toutes confrontées au même manque de travailleurs hautement qualifiés dans ce pays. CEDUAL vise la viabilité de l’industrie, la réduction du chômage et l’avenir des familles mexicaines. Stefan Antel est directeur de Schuler AG Müller Weingarten de Mexico. La vidéo en anglais est disponible sur viméo : https://vimeo.com/146129430

Soutien au développement et à la mise en œuvre des formations aux métiers en Suisse, Serge Chobaz.

En Suisse, le développement de la formation professionnelle est le fruit d’un partenariat stratégique fort sur le plan national. Associations professionnelles (organisations du monde du travail), Confédération et cantons, se partagent les responsabilités et le financement du système. Des mesures de mise en œuvre et de soutien ciblées sont coordonnées au niveau national et déployées dans les régions. Le système dual, en particulier, repose sur une étroite collaboration entre les entreprises qui forment les apprentis à la pratique professionnelle, les organisations du monde du travail qui soutiennent les entreprises et recrutent les experts, ainsi que les cantons qui portent la responsabilité de l’enseignement, des examens et de la surveillance. Le Centre pour le développement des métiers de l’Institut fédéral des hautes études en formations professionnelles (IFFP) accompagne notamment le processus de mise en œuvre sur mandat de la Confédération et soutient les différents partenaires. Serge Chobaz est responsable de domaine au Centre pour le développement des métiers de l'Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle (IFFP).

Arrimage entre la formation professionnelle et le programme d’apprentissage en milieu de travail : le cas des tôliers de précision, Pierre Jacques. Maude Plourde.

Un projet de formation développé dans le cadre des projets régionaux d’adéquation formation-emploi. Ce projet novateur, organisé conjointement par le milieu scolaire et le monde de l’entreprise, s'appuie sur l’intégration d'un diplôme d'études professionnelle (DEP) et d'un programme d'apprentissage (PAMT) dans le domaine de la tôlerie de précision. La présentation fait le bilan des résultats des travaux qui ont permis le départ d’une première cohorte en août 2013. Pierre Jacques est chargé de projet au Comité sectoriel de la main-d’œuvre de la fabrication métallique industrielle (PERFORM). Maude Plourde est directrice du SFPEA de la Commission scolaire de la Capitale.

Partenariat entre une école et une entreprise pour la mise en place d’une formation en alternance en techniques d’usinage chez Marmen, Réal Piché. Francine Lemay.

Présentation d’un modèle de formation développé par le Carrefour formation Mauricie en partenariat avec Marmen, une entreprise de fabrication métallique. Après un bref historique, les conférenciers présentent le modèle de formation sous l’angle des responsabilités pour les deux parties et aussi, des contraintes. Ce projet de partenariat est l’un des deux retenus par le MEESR comme projet pilote dans le cadre du plan économique du Québec déposé en mars 2015. Réal Piché est conseiller pédagogique en formation professionnelle au Carrefour Formation Mauricie de la Commission scolaire de l’Énergie et président de l’Association québécoise de l’alternance études-travail (AQAET). Francine Lemay est spécialiste du recrutement et des établissements d’enseignement chez Marmen. Elle siège également sur le conseil d’administration de PERFORM et à l’Association canadienne de l'enseignement coopératif (ACDEC).

Une alternance travail-études en ligne et en entreprise : une solution aux problèmes de formation et de recrutement de l’industrie manufacturière, Yves Boivin. Arold Isaac.

Voilà un Centre de formation professionnelle qui offre ses diplômes d’études professionnelles (DEP) en ligne et en entreprise. Formule hybride, le contenu du programme est transmis en ligne sur une plate-forme dédiée à cet effet et les compétences sont développées en milieu de travail, sur les équipements de l’entreprise, sous la supervision d’un compagnon. Lorsque l’entreprise ne peut former sur tous les procédés du programme, les apprenants complètent leur apprentissage au centre de formation, ce qui permet de préserver le caractère polyvalent du diplôme. Une innovation qui répond ainsi aux problèmes névralgiques de l’industrie manufacturière lorsqu’il est question de main-d’œuvre, à savoir : des programmes de formation professionnelle faiblement voire pas fréquentés, un bassin inexistant de main-d’œuvre qualifiée et des lacunes de compétences d’une main-d’œuvre embauchée sans formation. En outre, elle permet une adaptation de la formation professionnelle aux évolutions du marché du travail dans un contexte où les écarts se creusent entre l’école et l’entreprise. Yves Boivin, concepteur de l’ATE en ligne et en entreprise, est enseignant au Centre sectoriel des plastiques de Saint-Damien de Buckland de la Commission scolaire de la Côte du sud. Arold Isaac est directeur d’usine chez Genfoot.

Approche duale en plasturgie – projet pilote au Cégep de Thetford, Odette Côté. Sonia Vachon. Simon Chrétien.

  • Odette Côté

    Odette Côté

  • Sonia Vachon

    Sonia Vachon

  • Simon Chrétien

    Simon Chrétien

Depuis août 2015, les étudiants inscrits dans le nouveau programme de Techniques de plasturgie vivent un parcours scolaire leur permettant de réaliser à la fois des apprentissages en entreprise et au cégep. En effet, le Cégep de Thetford a mis sur pied un projet-pilote qui vise à maximiser le nombre d’heures d’apprentissage en entreprise. L’étudiant complète les apprentissages théoriques par différentes expériences pratiques; d’abord au sein des infrastructures du collège, dont une usine-école et un centre de recherche, puis en entreprise. Au cours de la formation de trois ans, la répartition du temps passé par les étudiants en entreprise augmentera progressivement allant jusqu’à 60%. Le programme de Techniques de plasturgie est une version mise à jour du programme de Techniques de transformation des matières plastiques.  Il est actualisé pour tenir compte des nouvelles réalités du marché du travail. Le projet pilote est conçu pour offrir aux étudiants des activités d’apprentissage stimulantes leur permettant de vivre davantage de situations réelles du marché du travail les préparant ainsi à exercer un emploi dans un secteur en demande. L’implantation du nouveau programme de plasturgie assurera la polyvalence des personnes formées selon les standards nationaux tout en tenant compte des besoins régionaux par des expériences concrètes en entreprise. Des partenariats entre des entreprises locales et le Cégep sont déjà établis et ils assureront l’accès à une plus grande diversité d’équipements, ainsi qu’à des nouvelles technologies qui ne sont pas toutes disponibles au collège. L’expérimentation d’apprentissage en entreprise en Techniques de plasturgie contribuera à dynamiser une formation pour laquelle il existe des besoins à combler sur le marché du travail. Odette Côté est directrice des études au Cégep de Thetford. Simon Chrétien est directeur général à la Vallée de la Plasturgie. Sonia Vachon est présidente de DSD International Inc.

Coexistence travail-études : une formule innovante au Cégep de Sherbrooke, Marie-France Bélanger. Éric Fernet.

Le Cégep de Sherbrooke est l’instigateur de la coexistence travail-études, une formule novatrice qui permet aux étudiants et aux étudiantes de combiner, dans une même semaine, la formation en classe et un travail rémunéré dans leur domaine d’études. L’apprentissage de la profession se fait dans les deux milieux, en concomitance. Cette initiative est rendue possible grâce à un partenariat régional réunissant de nombreux organismes et entreprises qui ont à cœur le développement de la relève. Depuis son implantation en 2010, la coexistence travail-études a apporté des résultats positifs à bien des égards. Marie-France Bélanger est directrice générale du Cégep de Sherbrooke, présidente du conseil d’administration de la Fédération des cégeps et présidente du Conseil régional des partenaires du marché du travail en Estrie. Éric Fernet est responsable du Service de liaison cégep-entreprises du Cégep de Sherbrooke.

Programme coopératif de l’ÉTS : le génie pour l’industrie, Pierre Rivet.

Cette  présentation fait un bref survol des récentes réalisations de l’ÉTS. Entre autres thèmes abordés : le positionnement de l’institution, la progression du nombre de stages en milieu industriel, le taux d’adhésion des secteurs du marché de l’emploi, les principes directeurs du programme coopératif et les innovations qui font désormais de l’ÉTS un leader en préparation de la relève en génie. En conclusion, il est question des facteurs de succès qui ont permis à l’École de relever le défi de former des ingénieurs parfaitement adaptés aux besoins industriels. Pierre Rivet est directeur du Service des relations avec l’industrie et de l’enseignement coopératif de l'École de technologie supérieure.

Galerie photos

Lieu

Hôtel Mortagne,1228 rue Nobel, Boucherville, QC J4B 5H1

Date

Du lundi 2 novembre 2015 au mardi 3 novembre 2015

Conférencier(s)

  • Stefan Antel
  • Marie-France Bélanger
  • Serge Chobaz
  • Simon Chrétien
  • Odette Côté
  • Éric Fernet
  • Arold Isaac
  • Pierre Jacques
  • Francine Lemay
  • Réal Piché
  • Maude Plourde
  • Pierre Rivet
  • Sonia Vachon
  • Dr. Jasper van Loo
  • Yves Boivin
  • Yves Chochard
Facebook
Google+
https://oce.uqam.ca/colloque/colloque-international-sur-ladequation-formation-emploi-automne-2015">
LinkedIn