Colloques

Colloque international sur l’adéquation formation-emploi | Automne 2015

Lieu: Hôtel Mortagne,1228 rue Nobel, Boucherville, QC J4B 5H1

Formation duale et alternée – Innovations et bonnes pratiques de partenariat entre l’école et l’entreprise au Québec et à l’international

Les 2 et 3 novembre 2015, l’Observatoire compétences-emplois (OCE), en collaboration avec les Manufacturiers et exportateurs du Québec (MEQ) et la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT), organisait un colloque international sur l’adéquation formation-emploi. Il portait plus précisément sur un sujet au cœur de la thématique : le partenariat entre l’école et l’entreprise dans le cadre des formations duales et alternées.

La première journée fut consacrée aux expériences internationales de l’Europe, de la Suisse et du Mexique. La seconde journée, aux innovations d’ici. L’évènement a connu un franc succès. Au total, 230 personnes y ont participé. Les ministres et sous-ministres de l’emploi et de l’éducation de l’époque, Sam Hamad, François Blais, Johanne Bourassa, Bernard Matte et Yves Sylvain étaient présents, de même que les  présidents de la CPMT (Florent Francoeur), des MEQ (Éric Tétrault), de la Fédération des Cégeps (Bernard Tremblay) et le vice-président de la Fédération des Commissions scolaires (Richard Flibotte). La variété des participants était appréciable. S’ils provenaient en majorité des établissements d’enseignement, il y avait aussi des représentants des réseaux associatifs de l’éducation, des associations patronales et syndicales, du milieu communautaire et de l’économie sociale, de la CPMT et des ministères, des comités sectoriels et quelques entreprises.

 

Voir les présentations et les vidéos >>

Colloque international sur la formation duale et alternée | Printemps 2015

Lieu: UQAM -Montréal

Panorama des modèles allemands, suisses et québécois

Du stage en entreprise à la formation pratique se déroulant essentiellement en milieu de travail, l’objectif de ce colloque était de présenter différents systèmes de formation professionnelle et technique dans lesquelles l’école et l’entreprise collaborent : (1) le système de formation duale allemand, marqué par une implication forte de l’entreprise dans la formation, (2) le système de formation duale suisse, caractérisé par la mise en réseau des entreprises formatrices et par le pilotage du système par le gouvernement, (3) les dispositifs québécois de formation en alternance études-travail, mis en œuvre par les centres de formation professionnelle et les cégeps.

Voir les présentations et les vidéos >>

Conférence internationale – Politiques publiques en matière de formation et d’éducation continue en Europe

Lieu: UQAM

La Commission Européenne a confié à Paolo Federighi le mandat de rassembler et d’analyser les statistiques disponibles pour dresser un portrait de la participation des adultes à l’éducation et la formation en Europe. Le premier de ces résultats est percutant : le principal facteur affectant positivement l’accessibilité, avant le secteur d’activité ou le niveau de scolarisation, c’est la ville, la région et le pays. C’est donc dire l’importance des politiques publiques sur le phénomène. Pour Paolo Federighi, ces politiques doivent poursuivre trois grands objectifs : garantir la présence d’une main-d’œuvre qualifiée, garantir un accès égal à la formation et promouvoir l’inclusion de ceux qui sont peu scolarisés. Pour ce faire, elles doivent agir sur l’offre et la demande de formation là où leur intervention est nécessaire pour maintenir l’équilibre et c’est là qu’est tout le défi.

Dans le cadre de cette conférence, Paolo Federighi présente les résultats de cette étude et des pistes de solutions pour l’établissement de politiques publiques qui peuvent agir sur les déséquilibres entre l’offre et la demande de main-d’œuvre. Une belle source d’inspiration pour nous québécois qui sommes à la recherche de politiques, mesures et programmes favorisant l’adéquation entre la formation et l’emploi.

Conférencier : Paolo Federighi, professeur à l’Université de Florence en Italie, membre du Comité sur la formation continue de la Commission européenne et ancien président de l’Association européenne de l’éducation des adultes.

Voir les présentations et les vidéos >>

Colloque international sur l’apprentissage expérientiel | Printemps 2012

Lieu: HEC Montréal

Vers de nouvelles façons de développer les compétences tout au long de la vie

Dans un nombre croissant d’entreprises des deux côtés de l’Atlantique, le développement des compétences est arrivé à un tournant. Les stratégies, les dispositifs et les routines du passé doivent, dans bien des cas, être revus et corrigés à la lumière de facteurs désormais incontournables. Citons, sans que la liste soit exhaustive: 1) les transformations dans l’organisation du travail vers plus de flexibilité et de réactivité; 2) la diversification des statuts d’emplois; 3) le renouvellement générationnel de la main-d’œuvre et les nouveaux comportements et les pénuries qui lui sont associés; 4) la
recherche d’une intégration plus étroite entre les stratégies de GRH et les stratégies d’entreprise.

Étant au service de la performance et de l’employabilité, le petit monde de la formation se trouve directement impacté et amène un nombre croissant de gestionnaires du dossier à penser que la formation traditionnelle (stage – cours – séminaire) n’est plus le seul vecteur de développement des compétences. Les tensions et les questionnements au sein des systèmes formatifs sont nombreux :

– transformations parfois brutales dans la nature des compétences recherchées
– éclatement des espace-temps traditionnels des situations de formation
– individualisation des parcours de développement
– nouveau partage des responsabilités entre l’individu et l’organisation (argent, temps, efforts)
– intérêt accru pour la mesure des activités de développement (efficience et efficacité)
– revendications de valorisation des acquis d’expérience
– ouverture aux technologies de l’information (TIC) et les expérimentations autour de la distance
– déploiement de formules hybrides de développement autour d’un même objectif d’apprentissage
– redécouverte de la richesse des relations de proximité dans le transfert des savoirs (coaching, tutorat, mentorat, compagnonnage)
– préoccupation pour l’accompagnement du transfert des acquis de formation
– place de l’expérience et le caractère apprenant des situations de travail
– valorisation de nouvelles pratiques individuelles d’apprentissage et les stratégies auto-formatives
– nécessité d’apprendre à composer avec l’informel et avec le tacite
– multiplication des acteurs parties prenantes au système formatif
– recours aux modélisations de la gestion des compétences, des connaissances ou des talents

Ces réalités et tendances ne sont bien sûr pas toutes complètement nouvelles, ni toutes également opérantes. En revanche, la vitesse à laquelle ces nouvelles logiques d’action s’imposent, se cumulent et s’entrecroisent dans des configurations nouvelles est indiscutable. Certains milieux de travail se sont déjà organisés pour y faire face. Les expérimentations s’y multiplient et l’apprentissage de nouvelles approches se poursuit prudemment. D’autres, au contraire, sont encore à la recherche de la formule gagnante, du bon choix et du bon dosage des stratégies d’apprentissage à privilégier. La recette qui permettra d’obtenir des compétences en juste-à-temps et en qualité tout en impliquant intelligemment tous les acteurs du système est pour beaucoup encore à découvrir.

Voir les présentations et les vidéos >>

Facebook
Google+
https://oce.uqam.ca/colloque">
LinkedIn