Septembre 2013 | Vol. 4 | N°3

Ça bouge du côté de la formation professionnelle et technique aux états-unis!

par

Les Américains ont amorcé depuis une dizaine d’année une réforme en profondeur de leur système de formation professionnelle et technique (FPT). À l’origine de ce projet, deux constats : les emplois de demain vont requérir une formation post-secondaire, un phénomène par ailleurs accentué par la crise financière, et la FTP n’a pas ce qu’il faut pour répondre à la demande.

Au tournant des années 2020, 63% des emplois, estiment les Américains, exigeront une formation post-secondaire. La moitié de ces emplois sont de niveau intermédiaire (middle-skill jobs), des emplois qui requièrent une formation plus élevée que le diplôme d’études secondaires, mais inférieure au baccalauréat universitaire 1).

Cette réforme présente de l’intérêt pour le Québec parce que nous partageons avec les Américains un faible attrait pour les formations professionnelles et techniques et un système aux voies de qualification fermées qui fonctionnent en silo.

Depuis 2006, nos voisins utilisent l’expression « Career and technical education (CTE) » pour décrire leur système de FPT. Auparavant, ils employaient la même appellation que la nôtre, soit : « Vocational and technical education ». Ce changement traduit l’esprit de leur réforme. Celle-ci délaisse en effet la formation terminale au profit d’une formation ouverte qui donne les outils nécessaires pour la poursuite d’études post-secondaires ou pour l’intégration sur le marché du travail. À l’instar de la FPT québécoise, la CTE américaine s’adresse aux jeunes et aux adultes.

Un cadre national pour la CTE

La réforme américaine invite les établissements d’enseignement à rénover leurs programmes de CTE, ou à en créer de nouveaux, par l’incorporation d’éléments définis dans un cadre national, plus englobant. Le modus operandi de la réforme permet de préserver les programmes existants en les enrichissant et en leur donnant une valeur ajoutée sur le plan de la visibilité et de l’accessibilité.

Le cadre national, intitulé Common Career Technical Core (CCTC), est constitué de 16 domaines d’activités (Career Clusters).

Carreer Clusters

  • Agriculture, Food & Natural Resources
  • Architecture & Construction
  • Arts, Audio/Video Technology & Communications
  • Business, Management & Administration
  • Education & Training
  • Finance
  • Government & Public Administration
  • Health Science
  • Hospitality & Tourism
  • Human Services
  • Information Technology
  • Law, Public Safety, Corrections & Security
  • Manufacturing
  • Marketing
  • Science, Technology, Engineering & Mathematics
  • Transportation, Distribution & Logistics

Les domaines d’activités se déclinent en 79 filières professionnelles (Career Pathways). Les filières professionnelles comprennent de 5 à 10 compétences. Les compétences exposent ce que les personnes doivent savoir et être capable de faire au terme d’une formation CTE dans la filière.

Pour illustrer ce dont il s’agit, voici le Career Pathway du secteur manufacturier qui regroupe six filières.

Manufacturing Career Pathway

  • Production
  • Manufacturing Production Process Development
  • Maintenance, Installation & Repair
  • Quality Assurance
  • Logistics & Inventory Control
  • Health, Safety and Environmental Assurance

Et la filière de la production qui comprend cinq compétences.

Production Career Pathway

  • Diagnose production process problems and take corrective action to meet production quality standards.
  • Manage safe and healthy production working conditions and environmental risks.
  • Make continuous improvement recommendations based on results of production process audits and inspections.
  • Coordinate work teams when producing products to enhance production process and performance.
  • Demonstrate the safe use of manufacturing equipment.

Le cadre national comprend en outre un corpus d’une douzaine de compétences transversales (Career Ready Practices) qui doivent être intégrées dans tous les programmes de CTE puisqu’elles favorisent l’employabilité d’aujourd’hui.

Career Ready Practices

  • Act as a responsible and contributing citizen and employee.
  • Apply appropriate academic and technical skills.
  • Attend to personal health and financial well-being.
  • Communicate clearly, effectively and with reason.
  • Consider the environmental, social and economic impacts of decisions.
  • Demonstrate creativity and innovation.
  • Employ valid and reliable research strategies.
  • Utilize critical thinking to make sense of problems and persevere in solving them.
  • Model integrity, ethical leadership and effective management.
  • Plan education and career path aligned to personal goals.
  • Use technology to enhance productivity.
  • Work productively in teams while using cultural/global competence.

Si les États américains sont libres d’utiliser ce cadre, la plupart le font car le financement par le Carl D. Perkins Career and technical education act est un incitatif non négligeable. Pour obtenir des subventions du gouvernement fédéral, en effet, les établissements doivent développer au moins un programme d’études (Program of Study—POS). Il y a un POS par domaine d’activités et un POS par filière professionnelle. Un POS c’est en quelque sorte le socle de connaissances et de compétences générales nécessaires à l’exercice des professions et des métiers d’une filière professionnelle.

La filière de la production de l’industrie manufacturière est un exemple éloquent. Lorsque les établissements d’enseignement se dotent d’un POS dans cette filière, ils doivent rénover les formations qui s’y inscrivent en intégrant dans les corpus existants les éléments suivants. En 9e, 10e et 11e et 12e années, des cours de mathématiques (algèbre I et II, géométrie, trigonométrie), de sciences (physique I et II, biologie, chimie), d’anglais I, II, III et IV, et de sciences humaines (histoire, économie et psychologie) pour les matières académiques. Les mêmes années, des cours sur l’introduction aux métiers de l’industrie manufacturière, les technologies de l’information et l’application des technologies en milieu manufacturier pour les matières technologiques. En 13e et 14e années, des cours d’algèbre, d’informatique, de physique, de chimie, de biologie, de littérature anglaise, de communication orale, d’histoire, de géographie et de psychologie pour les matières académiques et d’assurance qualité, de santé sécurité, de résolution de problèmes et de travail d’équipe pour les matières technologiques.

Cette intégration assure les passages du niveau secondaire au niveau post-secondaire en donnant aux élèves les prérequis nécessaires pour se rendre jusqu’au Bachelor degreede la filière, tout en les préparant adéquatement à l’exercice d’un métier ou d’une profession s’ils choisissent une certification de niveau inférieur, soit un certificat technique reconnu par l’industrie obtenu au terme d’une 13e ou 14e année, ou unAssociate degree obtenu au terme de la 14e année2)

  • les High school et à ce stade (9e, 10e, 11e et 12e année), il ne s’agit pas de programmes d’études mais plutôt de cours,
  • les CTE centers (12e, 13e années) conduisant à des certificats techniques reconnus par l’industrie à l’issue d’une ou deux années d’études,
  • les Community colleges (13e et 14e années) conduisant à des Associate degrees à l’issue de deux années d’études,
  • les Colleges (15e et 16e années) conduisant à des Bachelor degrees à l’issue de 4 années d’études..

Un POS est ainsi conçu selon les quatre principes suivants :

  • Incorporates and aligns secondary and postsecondary education elements;
  • Includes academic and CTE content in a coordinated, non-duplicative progression of courses;
  • Offers the opportunity, where appropriate, for secondary students to acquire postsecondary credits; and
  • Leads to an industry-recognized credential or certificate at the postsecondary level, or an associate or baccalaureate degree.

Les filières et les socles de base qui leur sont associés sont le résultat d’une vaste consultation auprès des acteurs industriels et scolaires. Les représentants de l’industrie manufacturière, par exemple, ont pu s’entendre sur les grandes filières de leur domaine d’activités et définir pour chacune les connaissances et les compétences académiques et technologiques qu’ils jugent essentielles à l’exercice des métiers d’aujourd’hui et de demain.

Pourquoi cette réforme présente de l’intérêt?

La réforme américaine rehausse les connaissances et compétences académiques et technologiques des personnes qui s’engagent en formation professionnelle aux niveaux névralgiques que sont les 9e, 10e, 11e et 12e années.

Elle donne des compétences qui favorisent l’employabilité d’aujourd’hui et de demain.

Elle rend visible les cheminements de carrière possibles au sein d’une filière professionnelle en permettant d’accumuler les crédits pour poursuivre des formations à un niveau supérieur, aucune formation n’étant plus terminale.

Les filières et les socles de connaissances et de compétences offrent une réponse à un marché du travail de plus en plus exigeant en permettant aux institutions d’enseignement d’offrir des formations moins pointues.

Enfin, la réforme américaine a permis aux acteurs du marché du travail de définir les filières de même que les connaissances et les compétences essentielles à l’exercice des métiers et des professions de leurs domaines d’activités. Un exercice qu’il conviendrait d’étudier de près au Québec dans un contexte où on risque de faire disparaître des programmes faiblement fréquentés. C’est là un enjeu qui concerne les partenaires du marché du travail et au delà, l’avenir économique du Québec.

Notes

  1. Carnevale et al, (2010). Help Wanted: Projections of Jobs and Education Requirements Through 2018. Georgetown University, Center on Education and the Workforce, 2010.
  2. La CTE américaine est offerte dans les établissements suivants et mènent aux certifications que voici :
    • les High school et à ce stade (9e, 10e, 11e et 12e année), il ne s’agit pas de programmes d’études mais plutôt de cours,
    • les CTE centers (12e, 13e années) conduisant à des certificats techniques reconnus par l’industrie à l’issue d’une ou deux années d’études,
    • les Community colleges (13e et 14e années) conduisant à des Associate degrees à l’issue de deux années d’études,
    • les Colleges (15e et 16e années) conduisant à des Bachelor degrees à l’issue de 4 années d’études.

En savoir plus

Pour une description du cadre national, télécharger ce document du National Association of State Directors of Career Technical Education Consortium.

Pour visualiser ce qu’est un POS, télécharger le POS de la filière production du secteur manufacturier. Pour d’autres modèles de POS, il y en a pour tous les domaines d’activités et les filières professionnelles.

Pour avoir une idée du modus operandi de l’implantation d’un POS, télécharger ce guide à l’intention des institutions d’enseignement.

Pour plus d’informations sur la CTE américaine, naviguer sur le site de l’Association for Career and Technical Education, du National Association of State Directors of Career Technical Education Consortium et du Perkins Collaborative Resource Network. À eux trois, ces sites sont une mine d’information sur la CTE américaine.

Extrait

Les États-Unis ont amorcé depuis une dizaine d’année une réforme en profondeur de leur système de formation professionnelle et technique (FPT). À l’origine de ce projet, deux constats : les emplois de demain vont requérir une formation post-secondaire, un phénomène par ailleurs accentué par la crise financière, et la FTP n’a pas ce qu’il faut pour répondre à la demande. Cette réforme présente de l’intérêt pour le Québec parce que nous partageons avec les Américains un faible attrait pour les formations professionnelles et techniques et un système aux voies de qualification fermées qui fonctionnent en silo.

L’Observatoire compétences-emplois (OCE) est un centre de recherche et de transfert de connaissances sur le développement et la reconnaissance des compétences de la main-d’oeuvre basée à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). L’OCE regroupe des chercheurs et des professionnels de différentes disciplines qui ont une expertise fine du domaine.

Sa mission est d’alimenter la réflexion, la prise de décision et l’action des acteurs du marché du travail et ainsi de contribuer au développement des compétences de la main-d’oeuvre au Québec.

Observatoire compétences-emplois (OCE)
1205, rue Saint-Denis
Pavillon Paul Gérin-Lajoie, local N-5920
Montréal (Québec), Canada
H2X 3R9
Voir sur la carte

Téléphone : 514 987-3000 poste 1085
Courriel : oce@uqam.ca