Novembre 2018 | Vol. 9 | N°2 Morceaux choisis Imprimer cet article Imprimer cet article

Cinq stratégies pour assurer son employabilité au 21e siècle

| novembre 2018

Dans un monde où l’automation, la numérisation et la robotisation s’étend à tous les secteurs d’activité, voici cinq stratégies pour assurer son employabilité. Tiré d’un ouvrage de Davenport et Kirby (2015) ces stratégies se fondent sur une perspective qui stipule que la relation entre l’homme et la machine doit être complémentaire.

Le texte qui suit est tiré d’un document publié par le CEFORA (2016, pp. 39-41).

  1. Step up. La meilleure stratégie pour ces travailleurs consiste à miser sur des domaines intellectuellement plus élevés. Les personnes capables de garder une vision d’ensemble et de raisonner à un niveau d’abstraction plus poussé que les ordinateurs auront toujours un emploi. Ceci s’inscrit dans la lignée de ce que l’on conseillait traditionnellement à mesure que l’automatisation grignotait de plus en plus le travail humain. Si vous optez pour cette stratégie, vous aurez probablement besoin d’une longue formation. [Une maîtrise] ou un doctorat accroîtra votre attractivité en tant que candidat à un poste. Une fois dans l’entreprise, votre objectif est de rester informé et créatif, de manière à participer aux efforts novateurs et stratégiques. Idéalement, le travailleur qui s’y applique vise un rôle de [cadre supérieur]. Il est important de trouver comment faire exécuter votre travail intellectuel novateur par des ordinateurs, sans oublier comment ceux-ci s’y prennent.
  2. Step aside. La stratégie « Stepping up » est une option réservée à une petite minorité de travailleurs. Il est tout aussi utile de disposer de nombreuses connaissances intellectuelles qui ne peuvent pas être codées dans un programme. La stratégie « Stepping aside » consiste à utiliser des atouts intellectuels qui ne sont pas uniquement liés à la cognition rationnelle. Par exemple, les travailleurs peuvent se focaliser sur l’intelligence « interpersonnelle » et « intrapersonnelle ». Cette stratégie n’est pas réservée aux artistes. Les avocats, par exemple, sont très qualifiés en droit, mais passent beaucoup de temps à décrocher de nouvelles affaires et à conseiller leurs clients. Tandis que les machines assimilent des documents juridiques et suggèrent des arguments, les avocats disposent de plus de temps pour effectuer correctement le reste de leur travail. Il en va de même pour de nombreuses autres professions, comme les comptables, les architectes, les consultants et les employés de banque. Pour cette stratégie, vous devez vous concentrer sur des atouts non programmables, en commençant par les identifier pour ensuite les développer. Il est important d’identifier des experts dans votre domaine et de trouver comment collaborer avec eux, en tant que collaborateur ou en tant qu’élève. À cet égard, les travailleurs doivent davantage prêter attention à l’intelligence hors QI, qui a été dévalorisée par des décennies d’éducation.
  3. Step in. Si vous optez pour cette stratégie, vous savez comment surveiller et adapter le fonctionnement des ordinateurs. Les ordinateurs sont de plus en plus en mesure de traiter les impôts, mais les comptables intelligents traquent les erreurs commises par les programmes automatisés. Aujourd’hui, l’achat d’annonces en marketing numérique est presque totalement automatisé, mais seul l’homme peut dire quand un achat programmé nuira à une marque et comment adapter la logique sous-jacente ensuite. Il est donc ici question de soutien mutuel. Le travailleur veille à ce que l’ordinateur exécute correctement son travail, et améliore son fonctionnement. Si vous optez pour cette stratégie, outre une formation STEM (science, technologie, ingénierie et mathématiques), vous aurez également besoin d’aptitudes d’observation, de traduction et de relations humaines.
  4. Step narrowly. Cette approche consiste pour les travailleurs à rechercher dans leur profession une spécialité qu’il ne serait pas économiquement intéressant d’automatiser. Les travailleurs cherchent dès lors une niche très spécifique dans laquelle ils se spécialisent en profondeur. Par exemple, Claire Bustarret peut déterminer à quelle période et à quel endroit un morceau de papier a été fabriqué en fonction de sa texture, de la sensation et des fibres de la feuille. Un talent extrêmement utile pour les historiens. Ses connaissances peuvent probablement être converties dans une base de données et ses techniques analytiques peuvent certainement être automatisées. Mais pendant ce temps-là, elle aura encore acquis de nouvelles connaissances. La plupart des travailleurs capables d’exploiter cette technique ont l’avantage d’une éducation formelle, mais aussi d’une grande discipline, de concentration et de formation en cours d’emploi. Si vous avez choisi cette stratégie, commencez par vous faire connaître comme un travailleur qui se spécialise dans un sujet très spécifique. Vous bénéficierez ainsi d’une «marque» professionnelle très distinctive. Comment ces travailleurs peuvent-ils renforcer leurs atouts en collaborant avec des machines ? En élaborant leurs propres bases de données et routines pour rester à jour et en se mettant en relation avec des systèmes qui combinent ces connaissances très spécialisées à celles d’autres personnes.
  5. Step forward. Cette stratégie consiste pour les travailleurs à créer la prochaine génération d’ordinateurs et d’outils d’intelligence artificielle. Derrière chaque machine se cache une personne, ou plusieurs en réalité. L’une d’elles identifie le besoin humain d’un système amélioré. Une autre identifie la partie qui peut être programmée. Une autre rédige le code et une autre encore élabore les conditions dans lesquelles il sera appliqué. Il est clair que cette stratégie requiert de solides compétences en informatique, analytique et IA. Si vous optez pour cette stratégie, vous atteindrez le sommet dans votre domaine si vous pouvez sortir des sentiers battus, identifier les lacunes des ordinateurs actuels et inventer des outils qui n’existent pas encore. Chacune de ces cinq stratégies est envisageable quel que soit votre domaine. Elles ne fonctionneront pas nécessairement toutes avec chacun, il s’agit de déterminer laquelle vous convient le mieux en tant que travailleur. Vous entrerez alors dans une stratégie d’augmentation. Pour que cette stratégie fonctionne, vous devez être convaincu que les hommes et les ordinateurs sont plus efficaces ensemble que séparément. Par le passé, les employeurs considéraient les machines et les hommes comme des substituts l’un de l’autre : lorsque l’un devient plus coûteux, il doit être remplacé par l’autre. Mais cet argument ne tient que dans des conditions statiques, où l’on part du principe que les tâches de demain seront les mêmes qu’aujourd’hui.

Références

BofOkBon articleTrès bon articleExcellent article
Loading...

1 réflexion sur « Cinq stratégies pour assurer son employabilité au 21e siècle »

  1. Un éclairage d’intérêt pour accompagner les choix de parcours de formation de mes petits-fils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous au bulletin
Facebook
Google+
https://oce.uqam.ca/article/cinq-strategies-employabilite-21e-siecle">
LinkedIn